haussement

haussement

haussement [ 'osmɑ̃ ] n. m.
• 1327; de hausser
1Vx Action de hausser. hausse.
2Mod. Haussement d'épaules : mouvement par lequel on élève les épaules en signe de dédain, d'irritation, de résignation, d'indifférence.
⊗ HOM. poss. Ossements.

haussement
n. m. Action de hausser. Haussement d'épaules: mouvement marquant le mépris, le dédain, l'indifférence.

⇒HAUSSEMENT, subst. masc.
A. — Usuel. Action de soulever une partie du corps. « L'homme public! » fait-elle, ramassant le mot et scandant tout ce qu'elle dit avec une sorte de hoquet d'ironie et des haussements de corps superbes (GONCOURT, Journal, 1863, p. 1251). Puis, après des « Enfin! » des petits haussements de lui-même, (...) il me tend la main, et sort (RENARD, Journal, 1906, p. 1031) :
À sa contenance, à un haussement de sourcil de rien, Elmire dut comprendre qu'il rabattait bien la moitié de ses dires.
POURRAT, Gaspard, 1931, p. 77.
En partic. Haussement d'épaules. Soulèvement des épaules marquant l'indifférence, la résignation ou l'agacement. Il a fait un haussement d'épaules (Ac.). Un éclat de rire grossier, un haussement d'épaules, accompagné de quelque maxime triviale sur la folie des femmes (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 36). —Bien sûr, dis-je avec un haussement d'épaules. Ce haussement signifiait : « Impossible, mon pauvre, tu es retiré de la course. » (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 135).
B. — Au fig.
1. Vx, rare. Action de s'élever par rapport à un ordre de grandeur donné. Synon. augmentation. Le haussement des monnaies; le haussement du prix des denrées (Ac. 1798-1878).
2. MUS. Action de s'élever dans la gamme. On a (...) proposé (...) d'indiquer immédiatement après l'armure essentielle [de la gamme mineure] le haussement du septième degré (KASTNER, Gramm. mus., 1837, p. 36).
Prononc. et Orth. : [] init. asp. Homon. ossement (d'apr. ROB., mais le plus souvent []). Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. XIIIe s. [ms.] judéo-fr. hocement « élévation, montagne » (Gloss. hébreu-fr. ds LEVY, n° 424), attest. isolée; 2. 1358 « action de hausser quelque chose » (Comptes munic. de Tours 1, 39 ds FEW t. 24, p. 362b) en partic. 1585 haussement d'espaules (N. DU FAIL, Contes et Discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, p. 78). Dér. de hausser; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér. : 233. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 29, b) 420; XXe s. : a) 636, b) 357.

haussement ['osmɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1358; hocement « montagne », XIIIe, attestation isolée; de hausser.
1 (1690, Furetière). Vx. Action de hausser (dans quelques syntagmes). Hausse; élévation. || Haussement de voix.(1763, Voltaire). Fig. || « La banque était épuisée, ce haussement de valeur numéraire des espèces acheva de la décrier » (Voltaire, Dict. philosophique, Banque).
2 (1585). Mod. || Haussement d'épaules (cit. 26) : mouvement par lequel on élève les épaules sous l'influence de certains sentiments, spécialt, le dédain. || Un haussement d'épaules de résignation (→ Gaspillage, cit. 3), de lassitude (→ 2. Entre, cit. 12), de mépris.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • *haussement — ● haussement nom masculin Vieux. Action de hausser : Le haussement d un mur. ● haussement (expressions) nom masculin Haussement d épaules, de sourcils, action de hausser les épaules, les sourcils. ● haussement (homonymes) nom masculin ossement… …   Encyclopédie Universelle

  • haussement — (hô se man) s. m. 1°   Action de hausser, d élever quelque chose. Le haussement d un mur.    Un haussement d épaules, mouvement qu on fait par dédain ou par mépris. 2°   Fig. Le haussement des monnaies, augmentation de leur valeur numéraire.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HAUSSEMENT — s. m. (H s aspire.) Action d élever, de hausser quelque chose. Il se dit particulièrement Du mouvement qu on fait des épaules, pour marquer de l indignation ou du mépris. Il a fait un haussement d épaules. Fig., Le haussement des monnaies, L… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HAUSSEMENT — n. m. Action de hausser quelque chose. Il se dit particulièrement du Mouvement qu’on fait des épaules, pour marquer de l’indignation ou du mépris. Il a fait un haussement d’épaules …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • haussement — nm. ôsmê (Albanais). Fra. Un haussement d épaules : on hôsmê d épôle (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Haussement d'épaules, de sourcils — ● Haussement d épaules, de sourcils action de hausser les épaules, les sourcils …   Encyclopédie Universelle

  • ÉPAULE — L’épaule humaine est un ensemble d’articulations qui unissent le membre supérieur au squelette thoracique. Les os en présence sont le sternum, le premier arc costal, les deux éléments de la ceinture scapulaire (clavicule en avant et omoplate en… …   Encyclopédie Universelle

  • hausser — [ ose ] v. tr. <conjug. : 1> • halcer XIIe; lat. pop. °altiare, de altus « haut » 1 ♦ Donner à (qqch.) de plus grandes dimensions dans le sens de la hauteur. Hausser une maison d un étage. ⇒ exhausser, surélever. 2 ♦ Mettre à un niveau plus …   Encyclopédie Universelle

  • ENCHÉRISSEMENT — s. m. Haussement de prix. L enchérissement des blés est la suite ordinaire d une mauvaise récolte. L enchérissement du pain, des vivres …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENCHÉRISSEMENT — n. m. Haussement de prix. L’enchérissement des blés a trop souvent sa cause dans la spéculation …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”